La transition énergétique à l’épreuve des logiques d’usages : le cas des petites classes moyennes au Cap

Sylvy Jaglin, Professeur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, LATTS
Hélène Subrémon, Postdoctorante, LATTS

Communication Colloque « Sociologie de l’énergie » 25 et 26 octobre à Toulouse

La transition énergétique à l’épreuve des logiques d’usages : le cas des petites classes moyennes au Cap

L’Afrique du Sud est confrontée, depuis la fin des années 2000, à une crise de son système électrique. A une période de surcapacité du parc de production dans les années 80 et de très bas tarifs, succède une période de sous-investissement, de tensions sur les infrastructures en réseau et, en 2008, de crise de l’approvisionnement qui se traduit par de nombreux délestages.
En réponse, l’entreprise nationale Eskom relance un vaste programme d’investissement et obtient de substantielles augmentations des tarifs. Parallèlement, elle promeut des mesures d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie. Aux échelles urbaines, ces changements ont d’importantes répercussions : d’une part, les augmentations de tarifs sont répercutées sur les consommateurs; d’autre part, les villes relaient et éventuellement complètent les campagnes d’efficacité énergétique et de baisse des consommations électriques.
Cette communication propose d’observer les conséquences de ces changements dans une des métropoles sud-africaines, la ville du Cap, en interrogeant leurs effets pour les ménages. Frappée par une panne électrique de grande ampleur dès 2006, Le Cap multiplie depuis les initiatives et la question se pose de savoir comment celles-ci impactent les différentes catégories de consommateurs résidentiels. Beaucoup d’attention est légitimement apportée aux plus pauvres : l’urgence de l’électrification des quartiers pauvres, la mise en oeuvre de la gratuité du service universel et, aujourd’hui, les conséquences des hausses tarifaires mobilisent politiques, experts et chercheurs. L’hypothèse de notre travail est que trop peu d’intérêt a été développé pour les petites couches moyennes urbaines. Endettées, très dépendantes de l’énergie électrique dont leur consommation augmente, équipées en électroménager de mauvaise qualité, vivant dans des logements mal isolés et souvent dépourvus de chauffe-eau solaires, elles constituent, pour l’heure, un segment de la population peu connu et peu étudié, alors même qu’elles sont confrontées à de fortes hausses du prix de l’électricité (+25% par an en moyenne depuis 2008) qui accroissent de fait leur vulnérabilité sociale.
La réflexion s’appuie sur une recherche de terrain socio-anthropologique auprès de ces familles. Dans un premier temps, nous exposerons les premiers éléments de compréhension des usages de l’électricité observés dans des ménages d’un quartier du Cap puis, dans un second temps, leurs pratiques face aux recommandations, parfois injonctions, aux économies d’énergie, avant de nous interroger sur les marges de manoeuvre de ces témoins et acteurs désormais désignés de la transition énergétique.

Energy transition to the test of energy uses: the case of low middle income households in Cape Town (South Africa)

Since the end of the last decade, South Africa has been facing a crisis of its electrical system. A period of overproduction and low prices during the 1980s in the energy has now been followed by a period of underinvestment and tensions on infrastructure. In 2008, a crisis of supply ended in numerous power outages. In response, the national company Eskom, restarted Eskom promoted energy efficiency measures and demande-side management. These changes have had important implications at urban levels – price increases have been passed on to consumers while cities relay and possibly complement energy efficiency and demand-side management campaigns. This paper proposes to observe the consequences of these changes in a South African city, Cape Town, by questioning their effects on households. Hit by a massive power outage in 2006, Cape Town has multiplied the initiatives in the energy field, and the question arises as
to how they impact the various categories of residential consumers. Much attention is rightly paid to the poorest South Africans, given the urgency to supply poor neighborhoods with electricity and the implementation of free universal service. Today, the consequences of increases in electricity costs mobilize politicians, experts and researchers. The hypothesis of our study is that too little attention has been paid to urban low middle income households.
Heavily in debt, highly dependent on electrical energy with a tendency to increasing consumption, equipped with low-quality appliances, living in poorly insulated homes often without solar water heaters, they are, at present, a small segment of the population barely acknowledged and studied, even though they are facing high increases in electricity prices (25% per year on average since 2008) that increase their social vulnerability.
This analysis is based on anthropological research and we intend to present, firstly, the findings of our research into the household use of electricity in a Cape Town neighborhood. Secondly, we will expose the content of their practices facing institutional recommendations, even injunctions, of saving energy. Finally, we will examine the adaptation capacity of these witnesses and now designated actors of the so-called energy transition.
Key words: energy transition, energy uses, low middle income households, socio-economic vulnerability, Cape Town (South Africa)


Vous aimerez aussi...