Métropoles et énergie dans les PED et pays émergents : géopolitique et gouvernance d’une nouvelle question publique urbaine

Séminaire SeRVeD (LATTS-AFD)  Services en réseaux dans les villes en développement

Partenaires : LATTS ; EVS

Date : vendredi 21 décembre 2012 (9h30-17h30)

Lieu : AFD

Public : le séminaire est ouvert aux chercheurs et aux praticiens intéressés, dans la limite des places disponibles (environ 30 places).

Programme : le programme définitif sera communiqué prochainement

Organisation : Eric Verdeil, Université de Lyon-CNRS-Environnement Ville Société, Sylvy Jaglin, Thomas Blanchet (LATTS)

Contact et inscription : eric.verdeil@normalesup.org; jaglin@enpc.fr; blanchet@enpc.fr

Argumentaire

La ville, et en particulier la grande ville, paraît être un enjeu majeur dans la définition et la mise en œuvre d’une transition énergétique rendue impérative tant par le changement climatique que par les tensions croissantes sur les énergies issues des hydrocarbures. Dans les villes des pays émergents et des PED, marquées par des taux de croissance démographiques et économiques très élevés, la question énergétique commence à apparaître dans les agendas des autorités locales. Dans cette journée d’études, l’accent sera mis sur les enjeux énergétiques pour les secteurs résidentiels et les systèmes productifs, à l’exclusion de la problématique des transports.

 

1) Conditions et modalités d’une gouvernance territorialisée de l’énergie: le rôle des villes

La mise en avant de l’enjeu énergétique dans les politiques urbaines s’inscrit dans la circulation internationale des modèles d’action, très influencés par les initiatives de villes européennes ou américaines dont les moyens de fonctionnement et les compétences sont sans commune mesure, en général, avec ceux des villes du Sud. N’y a-t-il pas alors un décalage, dans les diagnostics et les stratégies élaborées par les autorités métropolitaines et leurs partenaires, par rapport à des contextes structurellement marqués par les inégalités et la pauvreté ? La question posée est celle de la capacité à agir des autorités urbaines par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent peu territorialisés et liés aux Etats. De plus, les réformes du secteur en cours (libéralisation, dé-intégration, ouverture aux investisseurs privés notamment pour les renouvelables) font progressivement voire radicalement évoluer la gouvernance traditionnelle de l’énergie. Dans quelle mesure peut-on parler alors d’une nouvelle gouvernance territorialisée de l’énergie et quelle place y occupent les villes ? On pourra également se demander si les villes prennent une place dans la géopolitique émergente de l’énergie ou si celle-ci reste du ressort unique des Etats et des compagnies multinationales.

6876311462_5fc124fb33_k

 

2) Diversification du mix énergétique et contraintes d’approvisionnement: quelles priorités urbaines?

La diversification du mix énergétique au profit des énergies non carbonées est présentée comme une évolution inéluctable mais encore faut-il distinguer plusieurs tendances qui se combinent. On assiste à la fois à la poursuite de la construction de grands réseaux centralisés (électricité, gaz naturel), qui restent essentiellement dépendants des hydrocarbures même si des projets nucléaires sont aussi discutés, au développement de dispositifs décentralisés reposant sur des technologies émergentes (PV, solaire thermique) et à des mécanismes visant l’efficacité énergétique dans le bâtiment ou l’équipement ménager et industriel. Les réflexions sur la transition énergétique ont souvent tendance à se focaliser sur les deux dernières évolutions, alors que les technologies classiques demeurent centrales aujourd’hui en termes de fourniture. Leurs effets spatiaux et économiques constituent donc des enjeux majeurs dont il faut penser l’articulation avec les politiques de transition énergétique centrées sur les technologies alternatives. Il est vrai toutefois que les villes, peu présentes dans le pilotage des grands réseaux centralisés, ont au contraire des marges de manœuvre dans le développement des énergies dites renouvelables et, plus encore, dans les programmes d’efficacité énergétique. Il s’agit donc aussi de réfléchir aux conséquences de leur présence accrue sur ces deux créneaux : dans quelle mesure peut-elle influencer de manière notable les évolutions du mix énergétique ? Leur participation à la gouvernance énergétique peut-elle transformer le contenu et les priorités du secteur ?

 

3) Accès à l’énergie, qualité de service, tarifs: une questions urbaine renouvelée?

La question de l’accès à l’énergie (en particulier à des énergies efficaces et bon marché) est loin d’être réglée en termes de connexion aux réseaux pour une partie qui reste importante des populations urbaines, notamment en Afrique. De plus, lorsque l’accès a été quasi-généralisé, l’inconstance de l’approvisionnement et les pénuries restent fortes et l’émergence économique les accroît. Ainsi, les villes des Emirats ou de l’Arabie Saoudite, pourtant largement pourvues en hydrocarbures, subissent régulièrement d’importantes coupures. Enfin, les réformes en cours conduisent à réévaluer des tarifs fortement subventionnés, provoquant des mobilisations urbaines qui se combinent à celles concernant les autres services urbains et les défaillances de l’approvisionnement. Quelles conséquences concrètes ces changements dans la gouvernance énergétiques ont-ils sur la qualité et le prix du service ? De quelle manière ces changements sont-ils réappropriés par les usagers ?  La question énergétique permet ainsi d’interroger le rôle joué par les consommateurs dans ce processus. Fortement politisée, elle fait  également figure, sur le plan populaire, de nouvelle question publique. Cela vient renforcer les difficultés liées à la transition énergétique elle-même.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse