Éric Verdeil, « Métropoles XXL : repenser le développement urbain à partir des réseaux d’infrastructure ? », Métropolitiques, 26 octobre 2012

Les métropoles gigantesques, comme Shanghai ou Mumbai, sont-elles incontrôlables ? Cet ouvrage collectif montre qu’il n’en est rien : proposant une lecture novatrice, en marge des approches classiques centrées sur les institutions politiques, il souligne l’importance des réseaux techniques dans le gouvernement des villes.

Recensé : Dominique Lorrain (dir.). 2011. Métropoles XXL en pays émergents, Paris : Presses de Sciences Po.

Métropoles XXL en pays émergents est un livre ambitieux et stimulant, qui entend déplacer les termes du débat sur le gouvernement des très grandes villes. Il conclut un projet de recherche porté par Dominique Lorrain et mené en partenariat avec les contributeurs de cet ouvrage, dont une première étape avait été un numéro de la Revue française d’administration en 2003 [1]. Le point de départ consiste à refuser la vision classique des très grandes villes du Sud, chaotiques, surpeuplées, confrontées au défi de l’hyperpauvreté. Il s’agit plutôt de s’intéresser à ces métropoles XXL – astucieuse et frappante dénomination – en tant que nouveaux centres d’accumulation capitaliste et en faisant l’hypothèse qu’elles peuvent emprunter des voies de développement (d’émergence) distinctes de celles suivies par les villes du Nord. Cela, en particulier, du fait qu’elles n’ont pas à gérer les mêmes héritages techniques et sociaux.

 

En savoir plus

 


Vous aimerez aussi...