Eté électrique en Tunisie, en Jordanie et au Liban

Auteur : Eric Verdeil
27 août 2012
Eric Verdeil a publié sur son carnet Rumor la chronique suivante

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins “hot” si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Dans un Liban toujours plus en proie aux coupures de courant (intéressante cartographie de l’Orient-Le Jour sur Google Map, merci VilleEnGuerre, le gouvernement n’a rien trouvé de mieux que de vouloir imposer à la hussarde une réforme hâtivement élaborée, visant à confier à trois entreprises privées un contrat pour gérer la distribution du courant (modernisation des réseaux, relève des index et collectes des factures). Un vieux projet des autorités, certes, mais remis au goût du jour sans aucun égard pour les 2400 travailleurs journaliers qui font tourner la boutique en perdition qu’est l’Electricité du Liban. Mais au bout de cinq mois de grève pour défendre leurs droits, dans un contexte de surenchère communautaire, un compromis a été trouvé permettant à ces travailleurs de se présenter à un concours de recrutement au sein de l’établissement public tout en les intégrant avec de véritables contrats de travail au sein des prestataires privés. Je pense que l’on a pas fini d’en parler mais pour l’instant, le ministre de l’Energie et de l’Eau, intensivement brocardé par la population (voir cet article et la caricature), peut s’atteler à des chantiers plus décisifs : construire des nouvelles centrales électriques et assurer la sécurité énergétique du pays. La découverte de gaz au large des côtés libanaises sera-t-elle la solution? Rien n’est fait, mais nombreux sont les observateurs qui mettent en garde contre le gabegie (ici ou ).

Demonstrators march in west Amman on Sunday in protest against the government’s recent decision to raise fuel and electricity prices (Photo by Muath Freij) (Jordan Times, 27 may 2012)

Demonstrators march in west Amman on Sunday in protest against the government’s recent decision to raise fuel and electricity prices (Photo by Muath Freij) (Jordan Times, 27 may 2012)

 

En Jordanie, la situation électrique est moins agitée mais les fortes chaleurs de l’été ont été marquées de nouveau par des délestages durement ressentis, d’autant que les tarifs électriques ont connu une hausse au début de l’été, après cinq mois de manifestations hostiles et plusieurs reculades du gouvernement. Les attentats dans le Sinaï qui ne cessent de faire exploser le pipeline fournissant du gaz à Israël et à la Jordanie obligent les centrales électriques à utiliser du fuel, plus cher et moins efficace, et le budget de NEPCO, la société nationale qui assure le transport de l’électricité enregistre des pertes financières énormes. Dans un contexte international d’augmentation des prix des hydrocarbures, la hausse des tarifs est inévitable. Les contestations ont porté sur la répartition de l’effort, censé peser davantage sur les gros consommateurs et les secteurs productifs mais qui malgré tout n’épargne pas les plus défavorisés (ici). Le gouvernement poursuit son projet de centrale nucléaire et promet de choisir le constructeur prochainement. Les écologistes très opposés ne désarment pas (ici). Il semblerait par ailleurs qu’une certaine relance des projets basés sur les énergies renouvelables ait lieu ().

Caricature de Dilem pour le quotidien Liberté à l’occasion de l’Aïd, reprise par Business News (23/12/2012)

Caricature de Dilem pour le quotidien Liberté à l’occasion de l’Aïd, reprise par Business News (23/12/2012)

Caricature de Dilem pour le quotidien Liberté à l’occasion de l’Aïd, reprise par Business News (23/12/2012)

En Tunisie, la survenue de coupures est plutôt rare mais, comme en Jordanie, nullement absente. Les voisins algériens, fortement concernés, ne s’en aperçoivent pas à cause du tohu bohu autour des questions religieuses qui écrase tous les autres enjeux de la transition post-révolutionnaire, comme l’exprime cette caricature de Dilem. Pourtant, ces coupures ont soulevé une petite polémique significative.

La consommation électrique a connu cet été une augmentation plus forte qu’attendue, notamment en raison de la croissance de la climatisation. En août, un pic s’est produit à un moment où trois centrales étaient en réparation, de sorte que des délestages ont eu lieu, bloquant des pompes de la SONEDE, l’entreprise publique qui distribue l’eau. Ces coupures d’eau ont entraîné la mort d’au moins une personne (dans un hôpital). Le Premier ministre a mis en cause, avant même d’avoir les résultats de l’enquête, les dysfonctionnements de la STEG et ceux de la SONEDE. Ces critiques ont immédiatement provoqué une vigoureuse réaction du syndicat de la STEG qui rappelle que les agents de cette entreprise ont un comportement exemplaire durant les journées révolutionnaires et met en garde contre tout projet de privatisation. Le ministre de l’Industrie a alors répliqué que la STEG a vocation à rester une entreprise nationale. Pas de fumée sans feu? La polémique s’est enflammée sur les rumeurs d’une possible privatisation. En réalité, ces craintes sont plus anciennes. La STEG (de même que la SONEDE) est considérée comme une entreprise publique efficace dont les Tunisiens sont très fiers. Le régime Ben Ali n’a que marginalement privatisé le secteur, malgré les forts encouragements de plusieurs bailleurs de fonds internationaux. Mais l’arrivée au pouvoir d’une équipe dominée par Al Nahda, aux orientations économiquement supposément libérales (dans la réalité, ils ne font pas grand chose) alimente les rumeurs à propos des grandes entreprises nationales, comme dans cette conférence du journaliste Akram Belaïd en juillet dernier.

Dans une étude qui sera prochainement publiée1, Ali Bennasr et moi avons analysé les transformations de la gestion de la STEG depuis une quinzaine d’années. L’enjeu de la “privatisation” (le terme désigne des évolutions tellement diverses qu’il est bien trop imprécis) est effectivement présent et tend les rapports sociaux dans l’entreprise. Mais comme en Jordanie, dans l’immédiat, une question beaucoup plus lourde concerne la tarification, dont les hausses régulières ont été interrompues par les gouvernements post-révolutionnaires depuis fin 2010. Les raisons en sont bien compréhensibles, d’autant que dans les premiers mois suivant la chute de Ben Ali, les refus de payer ont témoigné d’une défiance très inhabituelle envers l’Etat et ses services publics. Mais dans un contexte de prix des hydrocarbures à la hausse, cela a largement creusé le déficit de l’entreprise alors que l’activité tourne au ralenti et que l’Etat est déjà obligé de multiplier les interventions économiques. Parmi les économistes et les responsables du Trésor, une réflexion sur un ajustement des subventions à l’énergie (dont l’électricité) et plus largement aux biens de consommation est menée. Quand on sait que le développement de la climatisation est à une cause non-négligeable de cet épisode, alors que cette usage reste très élitiste (14,6% des foyers tunisiens en 2009 selon une enquête-ménage menée par la STEG), on comprend que ce type de réflexion n’est pas illégitime même s’il n’y a pas de solution simple qui s’impose.

Au-delà des enjeux constitutionnels, confessionnels, religieux ou géopolitiques auxquels ils font face, les pays arabes sont aujourd’hui confrontés à des tensions majeures concernant leurs choix socio-économiques. Ces derniers influent tout aussi directement sur les conditions de vie quotidiennes que les bouleversements politiques qui retiennent essentiellement l’attention des médias et pour cela méritent autant de considération.

Notes _____________________
1. menée pour le Municipal Service Project de Queens University sur la corporatisation des services publics dans les pays du Sud. Voir ce précédent billet et la présentation du projet ici [↩]


Vous aimerez aussi...