Compte-rendu du séminaire 5

Le compte rendu du séminaire 5 des projets ANR TERMOS et PPS GOUVENUS qui s’est tenu le lundi 21 mai 2012 au LATTS est disponible : Consulter le document

Présents : Lyriane Bonnet, Agathe Euzen, Sylvy Jaglin, Pauline Gabillet, Natalia Pacheco (travaille sur
les acteurs dans les mécanismes de développement propre à Buenos Aires et Sao Paolo), Francesca
Pilo, Jonathan Rutherford, Marie France Schapira, Hélène Subrémon, Sébastien Velut, Eric Verdeil,
Marie Hélène Zérah

SJ : ce séminaire n’a pas pour objectif de passer en revue les monographies mais de commencer à
réfléchir aux idées transversales qui nous permettront de construire la comparaison entre les études de
cas et de répondre aux questions plus générales posées dans le projet.
SV : Comment adopter une méthodologie commune ? Les points suivants devraient être éclaircis :
1. L’ensemble des monographies pose une question : l’articulation entre échelles / niveaux de
décision et les transformations institutionnelles du secteur énergétique.
Il serait d’abord souhaitable d’accompagner nos analyses par une clarification des chronologies :
quelles sont les rythmes de ces transformations ?
2. L’équité : en termes de tarifs, d’accès à l’énergie qui se posent dans tous les cas.
3. Le mot de transition énergétique n’a pas toujours de sens auprès des acteurs interviewés. Le
questionnement à avoir pourrait prendre la forme inverse : si on prend l’hypothèse qu’il n’y a pas de
transition énergétique, quel en serait impact sur nos analyses ? Faut-il étudier les logiques d’acteurs de
préserver leur secteur d’activité « business as usual » plutôt que d’opérer des changements en
profondeur ?

Transition énergétique
AE : Nous pourrions également investiguer les limites de la transition : quelles sont les définitions de la
transition ? Qu’est-ce que la transition ? Que sont les transitions ?
SJ : Au Cap, l’expression transition énergétique a tout à fait un sens pour beaucoup d’acteurs
(notamment municipaux). Mais, que la notion soit présente et appropriée ne signifie pas que tout le
monde est d’accord sur le contenu.
MFS : Il faut poser la question des acteurs. Quels sont les acteurs auprès de qui cela ne fait pas
sens ? Il y a des institutions qui commencent à aborder cette question de front. Mais quel poids ont-ils ?
JR : Est-ce l’usage du mot qui nous intéresse ? C’est une notion technique et académique qui n’est
pas toujours présente sur le terrain. La question est plutôt de savoir comment les acteurs s’approprient
le contenu de cette notion ? Qu’est-ce qu’ils mettent en oeuvre ? Quelles sont les dynamiques en
termes d’enjeu énergétique ?

Tarifs et équité
EV : Les tarifs : c’est un facteur de transformation. C’est un problème perçu comme technique mais
quand il devient un enjeu public (prises de positions diverses), la question de la transition énergétique
change de sens. Le débat sort de la dichotomie énergie carbonnée/énergie décarbonée et s’orienter
vers une réflexion sur les gagnants et els perdants de la transition : qui s’approprie les bénéfices ? C’est
un moyen de politiser cette question-là.
SJ : Au Cap, le discours consiste à dire que l’efficacité énergétique et les EnR permettront aux
ménages et aux entreprises de réduire leurs factures. Les tenants de la transition énergétique essaient
de politiser cette question à travers cet argument.
MFS : Il nous faut penser la tarification de l’énergie et sa réforme par rapport à certains territoires et à
des formes urbaines.
EV : Egalement comment sont ciblés les bénéficiaires : ceux qui sont légitimes pour les subventions.
Faire le lien entre les bénéficiaires et les formes urbaines ou des types de consommation auxquels on
demande des efforts dans le contexte de la transition énergétique. C’est une manière de lier la question
de la transition et la question de l’équité.


Marges de manoeuvre des villes

MHZ : A Delhi, la ville a peu de marge de manoeuvre pour mettre en place des programmes dans le
cadre indien. Ça n’est pas une priorité. Les municipalités ne font rien à part changer les ampoules. Le
peu qui se passe c’est à l’échelle de l’Etat, mais ici c’est exceptionnel car Delhi est aussi un Etat.
SJ : Si les villes s’engagent dans la transition énergétique, pourquoi le font-elles ?
MFS : A Buenos Aires, cela s’inscrit dans les bonnes pratiques des villes. Cela contribue à l’image de la
ville sur la scène internationale. Les forums sont permanents.
SJ : On revient, alors, sur notre première hypothèse : la circulation et l’appropriation des modèles, pour
des raisons de marketing territorial !
MFS : Buenos Aires n’a pas de levier sur le mode de production des énergies. En revanche, c’est elle
qui est pénalisée quand il y a des coupures très importantes. Il y a des coupures très conséquentes. Ce
n’est pas une image qu’on peut vendre facilement. Pour BA c’est un objet de préoccupation, mais la
ville n’a aucun levier par rapport à un gouvernement national qui ne met pas ça en avant.
MHZ : Dans le Cas de Delhi la raison c’est aussi le plan action climat de la ville. 65 mesures. Ce sont
des éléments nouveaux pour parler de l’énergie, mais c’est dans l’ordre de la rhétorique. Il y a un peu
de compétition entre villes.


Ville et énergie

EV : Voit-on émerger des questions énergétiques liées à certaines énergies ? A Amman la question de
la centrale nucléaire est aussi devenue une question urbaine et pas simplement nationale, parce qu’elle
impliquait l’usage des effluves urbains.
MHZ : à Delhi, il n’y a pas vraiment de territorialisation du débat sur le mix énergétique. Le discours
local porte sur l’énergie propre (biogaz, véhicules propres, etc…) plus que sur le mix (en partie parce
que les industries consommatrices ayant été rejetées en dehors des limites de la ville depuis 10 ans,
Delhi est devenue une ville essentiellement tertiaire).
MFS : à Buenos Aires, la question locale est surtout celle de l’efficacité énergétique, notamment dans
les bâtiments : les normes de construction ont été revues pour améliorer l’efficacité énergétique (y
compris dans les logements populaires).
SJ : en Andalousie (cf. travaux de Nacima Baron) le manque de coordination entre les niveaux de
décisions laisse des opportunités à un niveau local.
Les villes semblent enfermées dans des choix nationaux. Il est difficile de constituer des profils
énergétiques territorialisés.
MHZ : Il faudrait envisager également le mix entre production privée et production publique. La hausse
des tarifs à Delhi se joue également autour de qui est responsable de la hausse des tarifs. Les villes
rejettent la responsabilité de la hausse des tarifs sur les entreprises. Une des stratégies pourraient être
alors de s’autonomiser par rapport à cette production. C’est une forme de politisation de la question
énergétique : à Delhi, il y a deux grandes entreprises de distribution et la ville. Se met en place l’idée de
la construction d’une économie politique de l’énergie qui favoriserait le gouvernement et les entreprises
aux dépens des consommateurs.
SJ : Au Cap tout est public. Ce sont les villes qui accusent le gouvernement et Eskom (entreprise
nationale) d’une collusion au niveau de l’Etat.
Même si les villes ne sont pas bien outillées, est-ce que des acteurs locaux (et lesquels ?)
territorialisent le débat énergétique (autrement que pour dénoncer les coupures qui pénalisent l’activité
économique urbaine) ?
(dans l’usage du terme « villes » il faut entendre les acteurs suivants de la ville : les gouvernements
locaux, les chambres de commerce, les industries organisées, les associations d’habitants…)
EV : La ville d’Istanbul a mené une politique énergétique originale dans les années 90 : la très forte
pollution au charbon a généré une polémique locale et a conduit la municipalité à développer un réseau
de gaz. Aujourd’hui, on arrive au bout de ce cycle. Il y a eu une politique menée dont la municipalité a
été un des acteurs qui a vu le développement d’un grand réseau technique et non pas des modes
d’énergie décentralisés. Est-ce une forme de transition mais qui ne serait pas très marquée ?
MHZ : Pour les grandes villes, il s’agit toujours d’un habillage rhétorique. La grande question à Delhi
c’est le transport. Le métro est emblématique de la transition. Derrière cela, il y a l’argument
environnemental. La ville a fait d’énormes investissements ces dernières années pour le métro : de
facto, ça limite sa capacité à agir sur d’autres secteurs.


Policy making and politics

JR : On observe là une confrontation dans la construction de l’objet « énergie » : politics à un niveau
local (polémiques ou controverses locales : gaz à Istanbul, métro à Delhi, etc.) versus policy making à
un niveau plus global (vision plus stratégique d’une transition énergétique). Il est intéressant de
confronter les deux.
SJ : Cela revient à un retour à la question initiale: par qui et comment sont respectivement construites
les stratégies locales d’une part, conçues/mises en oeuvre les politiques nationales, d’autre part ?

Autour de quels enjeux respectifs ? A quelles conditions y-a-t-il convergence entre les stratégies
locales, les politiques nationales et un modèle « universel » de la transition énergétique ?
Par exemple, dans la comparaison entre Durban et Le Cap, on voit qu’une coalition locale cohérente en
faveur de la transition énergétique est plus difficile à identifier à Durban qu’au Cap, où on assiste
davantage à la formulation d’enjeux locaux qui puisent dans un réservoir international de bonnes
pratiques pour se donner de la visibilité. Il faut dire que Le Cap est une ville tertiaire aux enjeux
énergétiques moindres (en quantités consommées) qu’à Durban, qui est un port industriel.
EV : Faudrait-il mettre en place des indicateurs pour comparer nos exemples et vérifier l’hypothèse
d’une diversification des profils/trajectoires énergétiques locaux ? par exemple :
– L’entrée technique : quel mix ?
– L’entrée par la gouvernance : le style de gouvernance basé sur diagnostic local ou importée
– Les éléments de caractérisation des polémiques locales : couvertures, tarifs, etc.
Ce que font les villes
SJ : Le Cap promeut son expertise technique et universitaire sur ces questions pour créer un milieu
favorable. Le développement d’une économie de la connaissance sur l’énergie est ici conçu comme un
triple enjeu : de transformation énergétique locale, de développement économique, de marketing
territorial.
MHZ : Les mobilisations se préoccupent-elles de la transition énergétique telle que l’on se l’imagine. Y
a t-il une réflexion sur ce que pourrait être le mix énergétique ? Les mobilisations importantes (comité
de quartier) s’intéressent peu aux ENR et à la transition énergétique.
A un niveau national, en revanche, il y a un effort pour améliorer l’efficacité énergétique des appareils
électroménagers.
La ville, quant à elle, peut agir sur les programmes éducatifs : dans les écoles, dans le développement
de Master spécialisée.
Les associations qui promeuvent les ENR ont des discours nationaux. Très peu locaux.
SJ : En Afrique du Sud, il existe au moins deux centres de recherches produisant des études sur
l’énergie pour les municipalités (de même que des études à portée nationale pour le gouvernement
central). Des associations d’expertises sont aussi actives dans des opérations locales d’efficacité
énergétique (construction/réhabilitation de logements populaires, rétrofitting d’immeubles commerciaux
ou industriels).
Conclusion
SJ : Il nous faut affiner les monographies avec les éléments évoqués aujourd’hui et construire un
papier méthodologique sur comment on prépare le travail de l’année prochaine : comparaison et
montée en généralité.
SV : Il faudrait également faire des binômes avec 2 terrains et un thème commun.


Vous aimerez aussi...