Compte-rendu du séminaire 2

Le compte rendu du séminaire 2 des projets ANR TERMOS et PPS GOUVENUS qui s’est tenu le jeudi 30 juin 2011 au LATTS est disponible : Consulter le document

Participants : Sylvy Jaglin, Jonathan Rutherford, Marie-Hélène Zérah, François-Mathieu
Poupeau, Hélène Subrémon, Francesca Pilo, Catalina Duque, Jean-Igor Michaux, Eric Verdeil,
Mathias Roche
Excusés : Sébastien Velut, Marie-France Schapira, Nacima Baron, Agathe Euzen, Laure Criqui,
Olivier Coutard, Pauline Gabillet, Sylvère Angot


1. Tour de table

Sylvy Jaglin, Professeur à l’UPEMLV, coordinatrice du projet Termos et co-coordinatrice du
projet Gouvenus
Marie-Hélène Zérah, chercheur à l’IRD, détachée au Centre de Sciences Humaines à New Delhi
Jonathan Rutherford, Chercheur à l’Ecole des Ponts ParisTech, au LATTS, co-coordinateur du
projet Gouvenus
Jean-Igor Michaud, étudiant en Master 2 Recherche à l’IHEAL avec Sébastien Velut, sur les
mécanismes de financements innovants et en particulier l’intégration énergétique en Amérique
latine
Mathias Roche, doctorant sous la direction de Sylvy Jaglin, en thèse sur l’électrification dans les
pays pauvres (Madagascar, Guyane française, Afrique centrale)
Cataline Duque, Master sur l’électrification urbaine à Nairobi, doctorante en septembre 2011 sur
une comparaison Nairobi/Medellin
Francesca Pilo, doctorante sous la direction de Sylvy Jaglin, en co-tutelle avec l’Université
Fédérale Fluminense de Rio de Janeiro, en thèse sur les modes d’accès à l’énergie électrique dans
les favelas de Rio.
Hélène Subrémon, postdoctorante au LATTS, animatrice scientifique des projets Termos et
Gouvenus, projet de recherche sur les usages de l’énergie des couches moyennes au Cap.
Eric Verdeil, Chargé de Recherche CNRS à Lyon, terrain de recherche dans le cadre de ce projet
sera Istanbul à partir d’une capitalisation de recherche sur Beyrouth, Amman, Tunis.
François-Mathieu Poupeau, Chargé de recherche CNRS, sociologue et politiste, objet de
recherche : politiques publiques de l’énergie

2. « Gouvernances énergétiques urbaines : quelle(s) transition(s) ? », Jonathan
Rutherford1

Jonathan Rutherford choisit de questionner la notion de transition énergétique sous-jacente aux
deux projets Gouvenus et Termos : quel champ recouvre-t-elle ? qu’implique-t-elle ?
Il apparaît à l’examen de la littérature existante que cette notion devient intéressante si l’on met la
dimension politique au centre des analyses et des réflexions. Il nous revient donc à problématiser
les notions de :
– gouvernance,
– transition,
– politics of transitions.
Quelle définition de la transition énergétique ?
a. Formulation dans le projet Gouvenus
1 La présentation power point et les références principales citées sont en pièce jointe de ce compte rendu.
« Des processus de changement dans les modalités de production et d’usage énergétiques avec,
dans ce projet, un intérêt pour ceux qui font explicitement l’objet d’interventions publiques
destinées à promouvoir un modèle énergétique répondant aux enjeux conjoints de la sécurité
d’approvisionneemnt, du changement climatique et de l’accès équitable aux services ».
b. Définition donnée au colloque « Cities and energy transitions: past, present, future »
Autun, 2009
« We understand « energy transition » broadly as referring to a process of potentially radical change in the resources
and technologies involved in energy generation as well as in patterns of energy consumption » (Coutard et al.,
2009)
Dans le dictionnaire, une transition est définie comme le passage d’un état à un autre ou d’un
raisonnement à un autre. Pour ce qui nous concerne, c’est donc un état de chose énergétique à un
autre ou d’un raisonnement énergétique à un autre.
Ces définitions ont en commun de ne pas réduire une transition énergétique à sa dimension
technologique.
c. Définition socio-technique.
C’est un courant de recherche centré sur les innovation studies, history of technology et STS et qui se
diffusent progressivement dans les études urbaines (cf. Bulkeley et al., 2011). Il donne à l’idée de
transition les définitions suviantes :
– « Transitions are transformation processes in which society changes in a fundamental way over a
generation or more » (Rotmans, Kemp, Van Asselt, 2001, p15)
– «Socio-technical transitions are a fundamental shift in entire systems (transport, energy, food, water,
production) which come about through the interplay of technology, markets, business investment, public
policy, cultural beliefs ans consumer behaviour» (Geels)
Ce courant insiste sur l’idée d’un processus de changement et s’intéresse aux interactions qui
produisent ce changement. Aussi, l’objet de ces recherches est autant d’étudier les mécanismes
que de procéder par études de cas spécifiques.
Il s’appuie, en particulier, sur un outil analytique : the multilevel perspective. Composé de trois
niveaux (landscape, regimes, niches), ce modèle cherche à comprendre comment se produit le
changement au travers de la destabilisation du niveau intermédiaire (regimes), créant de fait des
fenêtres d’opportunité favorables. (cf schéma dans le document GouvenusTE.ppt).
Aussi, c’est un modèle qui se caractérise par la mise en évidence d’un processus de sélection des
innovations (processus multidimensionnel de concurrence entre les innovations) et de
changements sociétaux sur le plan national et qui ont, le plus souvent, pour objectif principal un
développement plus durable.
d. Définition de transition management
Le courant de la transition management s’inscrit dans une approche plus prospectiviste et plus
opératoire : Comment amener un changement systémique efficace ? Comment apporter une aide
à la décision ?
C’est une vision à long terme qui explore des voies alternatives. Il y a aussi un outil d’évaluation
permanent qui permet de modifier (et a priori de revenir sur) les décisions engagées.
En revanche, la question qui se pose c’est : peut-on manager ce type de transition
sociotechnique ? C’est un management centralisé qui cherche le consensus avant de prendre des
décisions. Or cela ne semble pas se vérifier dans des études de cas passées.
Autre limite de taille : c’est la dépolitisation des transitions. C’est une critique de fond qui reprend
toutes les critiques adressées à ce courant qui ne prend pas en compte le contexte géographique,
sociotechnique, social et culturel dans son modèle de management des transitions.
La critique a été notamment formulée par Shove and Walker, 2007, p766.
« It is necessary to recognise that provisional templates for transition are political statements that can only be
partially inclusive (when there are ever more actors on the social stage), contingent (when conditions are dynamic),
and potentially unstable as material forms and practices evolve over time. In other words, there is a politics to
transition management, a playing out of power of when and how to decide and when and how to intervene, which
cannot be hidden beneath the temporary illusion of ‘postpolitical’ common interest claims of sustainability ».
La critique réside dans le fait que ce modèle se concentre sur la dynamique des pratiques trop
consensuelles pilotées par les élites et laissant peu de place aux processus plus ‘marginaux’. De
plus les frontières entre les différentes parties prenantes (stakeholders) des processus de transition
ne sont pas claires (qui est dedans et qui est dehors).
En conclusion, pour Jonathan Rutherford, il reste à s’interroger dans le cadre de nos travaux, en
particulier dans le cadre du projet Gouvenus sur :
– les statuts et les formes de dimension(s) politique(s) dans le projet Gouvenus (cf.
Swyngedouw, 2006: si on analyse trop etroitement les discours consensuels des politiques
publiques, on finit par évacuer la dimension politique et se concentrer sur l’ « expert
administration ») ;
– le périmetre de la notion de gouvernance mérite discussion pour ne pas exclure la
dimension politique (politics and not only policies).
– le sens politisé de transition énergétique qui lui confèrerait du sens et un début de
problématique
Références bibliographiques (en pièces jointes au compte rendu) :
Coutard O., Rutherford J., 2010, « Energy transition and city-region planning : understanding the
spatial politics of systemic change », Technology Analysis & Strategic Management, Vol22, n°6, August,
pp 711-727
Geels F.W., 2002, “Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes: a multi
level perspective and a case-study”, Research Policy, n°31, pp 1257-1274
Meadowcroft J., 2009, “What about the politics? Sustainable development transition
management, and long term energy transitions”, Policy Sci, n°42, pp323-340
Rotmans J., Kemp R., van Asselt M., 2001, “Transition management in public policy”, the journal
of futures studies, strategic thinking and policy, vol 3, n°1, February
Shove E., Walker G.,2007, “CAUTION! Transitions ahead: politics, practice, and sustainable
transition management”, Environment and Planning, vol 39, pp 763-770
Smith A., Stirling A., Berkhout F., 2005, “The governance of sustainable socio-technical
transitions”, Research Policy, vol 34, pp 1491-1510
Swyngedouw E., 2007, “Impossible/Undesirable Sustainability and the Post-Political Condition. »
In The Sustainable Development Paradox, ed. Krueger J.R. and Gibbs D., pp13-40. New York,
Guilford Press
Echanges
Suite à l’intervention de Jonathan Rutherford un échange s’engage autour :
– de ce que recouvre « transition énergétique » ?
– de la nécessité de recourir à une définition normative ou inductive ?
– A qui appartient-elle une transition ?
– Comment est-elle négociée ?

En outre, si la multiplicité des terrains d’enquête amènera nécessairement une diversité d’étude de
cas, quelles questions faudrait-il se poser pour pouvoir comparer ?
Une transition énergétique est-elle le signe de changement (quel qu’il soit) ou d’un changement
qui s’inscrit spécifiquement dans un processus de développement durable ?
En guise d’étape de travail :
Une transition énergétique recouvrirait moins le point d’arrivée que le processus lui-même de
changement. Nous observerons tant les transformations dans le système d’acteurs que dans le mix
énergétique (transformations technologiques). Mais ce projet ne cherchera pas tant de
comprendre comment les acteurs locaux répondent à des injonctions globales de changement,
que comment ces injonctions parviennent dans les contextes locaux : quelles sont les
formulations des problèmes dans le contexte local ? comment ces formulations produisent-elles
(ou pas) de l’innovation, des solutions alternatives ?
Rappelons que le point de départ du projet suit l’hypothèse que les injonctions de
transformations énergétiques pourraient a priori ouvrir une fenêtre d’opportunité pour les acteurs
urbains. Il s’agira, plus largement, de comprendre le rôle des villes dans les transformations du
système observé : ont-elles de nouvelles compétences ? jouent-elles leur rôle d’acteurs
économiques, sociaux, etc.


3. « Collectivités locales françaises et énergie : esquisse d’une cartographie du
champ », François-Mathieu Poupeau

Objet de la présentation de FM Poupeau : Esquisse d’une cartographie des acteurs et de leurs
positions, faire état des positions des principales associations représentant le « local » sur les
questions d’énergie : quels sont leurs discours et leurs logiques d’action ?
Deux constats :
a. aucune association n’utilise le terme de transition énergétique ; ce terme appartient au
champ académique et n’est pas repris dans le langage « autochtone »
b. la transition énergétique relève d’une pensée globale assez marginale
Le champ « collectivités locales et énergie » est loin d’être désert, contrairement à ce que l’on
pourrait penser (modèle de service public très centralisé, placé sous la tutelle de l’Etat) : les
collectivités locales ont joué un rôle important dans la formation et le fonctionnement du modèle
français de service public. Une dizaine d’association s’intéressent à ces questions parmi lesquelles
la FNCCR.
FNCCR : Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies
C’est l’association la plus ancienne et la plus présente. Elle possède un vaste réseau et a une
influence sur les parlementaires.
Son discours est tourné autour de deux questions :
a. le marché et sa régulation : faire contrepoids aux logiques de marché, à la fois sur la
distribution et la fourniture
b. l’aménagement énergétique du territoire : protéger les zones rurales du retrait de l’Etat et
des grands opérateurs.
Ses dossiers actuels sont les suivants (notamment) :
a. la maîtrise d’ouvrage des travaux sur le réseau d’électricité
b. la qualité de la fourniture d’électricité et le niveau des investissement par ErDF et GrDF
La FNCCR n’a pas de discours global sur la nécessité de changer de modèle institutionnel : elle
maintient son entrée « marché » et « aménagement du territoire » c’est-à-dire une logique
équipementière, et elle s’accomode d’un modèle centralisé, garant du monde rural qu’elle défend.
AITF : Association des ingénieurs territoriaux de France
Son entrée est plutôt celle de la décentralisation (qui va entraîner l’énergie) et de la bonne gestion
locale (induisant la proximité) que celle de la reprise d’un discours global. Les raisons du manque
de relais de ce discours s’expliquent par le fait que l’association est constituée d’ingénieurs et non
d’élus et par une réticence à l’égard des démarches globales du type développement durable.
C’est un réseau professionnel qui ne promeut pas spécialement un discours en terme de transition
énergétique. Son influence est importante car ses ingénieurs sont souvent à la tête de services
locaux d’énergie et vont donc avoir un effet structurant sur la façon dont les villes et les élus vont
se saisir de cette question.
De nouvelles associations aux solutions alternatives.
Depuis les années 1980 naissent de nouvelles associations proposant des solutions alternatives à
EDF et GDF, notamment le CLER (Comité de Liaison Energies Renouvelables) et l’AMORCE.
Elles rassemblent des secteurs bridés par l’Etat et les grands monopoles. Elles sont porteuses
d’un projet institutionnel vraiment alternatif qui s’apparente à un discours de « transition
énergétique ». Leur discours est à la fois très global (offre et demande, transproblème) et très
décentralisateur (remise en question de l’organisation existante en faveur d’organisation
territoriale).
Mais ils pèsent assez peu sur le système institutionnel.

En conclusion :
– on aurait pu s’attendre à ce qu’il y ait plutôt un discours assez majoritaire du côté collectivités
locales en faveur du concept de « transition énergétique » (ou de prises de position proches) car
souvent associé à des formes de décentralisation institutionnelle. Or, ce n’est pas le cas. Montre le
caractère fragmenté du champ et le poids de l’histoire
– il faut penser ce champ en termes de réseau d’action publique plutôt que de relation
d’opposition Etat/local
Références bibliographiques :
– Bouvier G., 2005. Les collectivités locales et l’électricité. Territoires, acteurs et enjeux autour du service public
local de l’électricité en France, thèse de doctorat de géographie de l’Université Paris 8.
– Lenoir D., 2007. Energie, changeons de cap ! Scénario pour une France durable, Mens, Terre Vivante.
– Poupeau F.-M., 2004. Le service public à la française face aux pouvoirs locaux. Les métamorphoses de l’Etat
jacobin, Paris, CNRS Editions.
Echanges
Sylvy Jaglin salue cette présentation comme un angle d’attaque intéressant qui pourrait être repris
dans les prochaines études de cas.
François-Mathieu Poupeau a en effet bien montré que le troisième groupe d’acteurs est porteur
dun modèle de transition défini par la décentralisation et d’une approche sectorielle plutôt que
globale.
Ce pourrait être une méthodologie sur le terrain que nous pourrions employer : consulter les
acteurs dans chacun de nos terrains (chambre de commerce, collectivtés locales, représentants de
l’Etat, énergéticiens…) et les faire discuter sur l’évolution du secteur énergétique : à nous
d’évaluer dans quelle mesure ce discours s’inscrit dans un processus de transition énergétique.
François-Mathieu Poupeau ajoute que la difficulté de changer de modèle résulte aussi de logiques
propres, antagonistes, qui créent de l’inertie. Les enjeux se situent parfois dans des problèmes
internes de gouvernance!


Vous aimerez aussi...