Compte-rendu du séminaire 1

Présents : Nacima Baron, Olivier Coutard, Laure Criqui, Catalina Duque-Gomez, Agathe Euzen, Pauline Gabillet, Sylvy Jaglin, Francesca Pilo, François-Mathieu Poupeau, Mathias Roche, Jonathan Rutherford, Marie-France Prévôt-Schapira, Taoufik Souami, Hélène Subrémon, Jean-Pierre Traisnel, Sébastien Velut, Eric Verdeil
Absents : Benoît Boutaud, Martine Droulers, Marie-Hélène Zérah

Taller de fotografía en Villa 31

Taller de fotografía en Villa 31 by Pablo Vitale


1. Le séminaire a débuté par un tour de table

– Sylvy Jaglin : Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, coordinatrice du projet TERMOS qui rassemble le LATTS et deux partenaires le CSH (Delhi, Inde) et le CREDA (Paris3). SJ travaille sur les villes du Sud. Co-responsable avec JR du projet GOUVENUS.
– Sébastien Velut : Professeur à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Directeur du CREDA, géographe. SV travaille sur les réseaux énergétiques dans les villes du Sud.
– Marie-France Prévôt-Schapira : est Professeur à l’Université Paris 8 Sant-Denis, chercheur au CREDA, géographe. MFPS travaille tout particulièrement sur Buenos Aires.
– O. Coutard, Ingénieur et Socio-Economiste, DR CNRS et DR du LATTS. OC a fait une thèse sur l’énergie. Il travaille sur la transformation des services urbains.
– Nacima Baron : Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, chercheur au laboratoire LVMT. NB s’occupe des politiques territoriales à l’échelon régional. NB travaille actuellement sur deux projets : avec EDF sur la concession d’un barrage hydroélectrique et les dynamiques régionales autour des énergies renouvelables en Europe du Sud (en particulier en Espagne).
– François-Mathieu Poupeau : Chargé de Recherche CNRS au LATTS. FMP a fait une thèse sur la relation EDF / collectivités locales. Il travaille sur les politiques énergétiques locales en France. Il codirige la thèse de Pauline Gabillet. Il mène actuellement un projet sur la réforme de l’Etat territorial.
– Laure Criqui : Doctorante au LATTS sous la direction de Sylvy Jaglin. LC travaille sur la planification urbaine à Delhi et Santiago.
– Francesca Pilo : Doctorante au LATTS sous la direction de Sylvy Jaglin. FP travaille sur l’accès à l’électricité dans une favela pacifiée de Rio.
– Taoufik Souami : Maître de Conférences à l’IFU et Chercheur au LATTS. TS travaille sur le lien entre stratégie énergétique des collectivités locales et aménagement.
– Agathe Euzen : Chargée de recherche au LATTS. AE travaille sur les représentations de l’eau et l’environnement dans les pratiques quotidiennes ; les
pratiques sociales du point de vue de l’usager.
– Hélène Subrémon : post-doctorante au LATTS. HS est socioanthropologue. Elle a fait une thèse sur les usages de l’énergie en Europe. Elle s’occupe de l’animation du RTP Villes durables et participe au lancement des projets Termos et Gouvenus.
– Mathias Roche : Doctorant sous la direction de Sylvy Jaglin. MR travaille sur l’électrification en Afrique Subsaharienne. Il est ingénieur en environnement et en énergie. Il a travaillé en Guyane pour l’ADEME.
– Pauline Gabillet : Doctorante au LATTS. PG travaille sur les entreprises locales de distribution de l’énergie à Grenoble, Karlsruhe et Metz.
– Catalina Duque Gomez : étudiante en Master2 à l’IFU, a travaillé à Nairobi sur l’accès à l’électricité et les inégalités sociospatiales.
– Jonathan Rutherford : Chargé de recherche à l’Ecole des Ponts Paris Tech, géographe urbain. JR est coresponsable du projet GOUVENUS. Il approche la
question de l’énergie par son entrée ville et territoire. JR a fait une thèse sur les politiques et la stratégie de déploiement des réseaux de télécommunication.
– Eric Verdeil : Chargé de recherche CNRS, laboratoire EVS. EV travaille sur les réseaux énergétiques et le développement des territoires au Moyen-Orient (arrivé tardivement, après le tour de table).


2. Point financier sur le projet TERMOS.

Le projet dispose de 240 000 euros sur trois ans.
Le LATTS assure la coordination du projet et la gestion administrative et financière. Le laboratoire dispose de 147 000 euros. La première tranche s’élève à 50 000 euros et prévoit un CDD de 18 mois à temps plein.
Deux partenaires : le CREDA et le CSH.
Ce projet a été labellisé Advancity et bénéficie d’un abondement.
Le calendrier du projet est le suivant :
– début : 15 décembre 2010 – fin : 14 décembre 2013 ;
– il y aura 2 rapports intermédiaires à rendre à 6 mois et 18 mois,
– un rapport final et un suivi des dépenses devront être rendus à 36 mois.

3. Point financier sur le projet GOUVENUS.

Le projet dispose de 110 000 euros et prévoit un CDD de 18 mois et des missions.
Le calendrier est presque identique au projet TERMOS : du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2013.
L’abondement Advancity pourra financer un séminaire ou un colloque final conjoint aux deux projets.

4. Cadre d’analyse commun.

Phase 1 : Discuter de la réalité des modèles qui articulent les enjeux énergétiques et les problématiques urbaines.

Quels sont ces modèles ? Par quels relais sont-ils diffusés ?
Il nous reviendra d’identifier le rôle joué par les villes (aires urbaines) dans la reconfiguration des politiques énergétiques.
L’idée de ville ou de région métropolitaine est prise au sens large : elle exclut l’échelle nationale ou celle du micro-quartier. L’échelle pertinente sera à définir pour chacune des études de cas.
Nous avons également écarté des politiques énergétiques celles qui relèvent des transports pour garder tous les autres usages de l’énergie (résidentiels, industriels et tertiaires).
Questions complémentaires :
Quelles sont les idées qui circulent ? A qui s’adressent-elles ? Quelles en sont les justifications ? Quels sont les instruments développés pour atteindre leurs objectifs ? Et comment en rendre compte dans une approche empirique ?
Le travail de terrain permettra de déconstruire ce discours et d’identifier les cénacles dans lesquels il serait particulièrement présent.
Un prochain séminaire au mois de juin 2011 s’attachera à comprendre le vocabulaire non stabilisé de la transition énergétique, les modèles auxquels les discours officiels se réfèrent. Ce pourra être l’occasion, déjà, d’examiner que la réappropriation des modèles se fait de façon éparse à l’image de la diversité des acteurs en présence.
Il s’agira précisément de :

– rendre compte des régularités de discours
– identifier les « piliers » de la transition énergétique durable
– clarifier les concepts : transition, transition énergétique, politiques énergétique,territorialisation, gouvernance énergétique, gouvernance multiniveaux, …
Mots clés : Discours, Acteurs, Echelles, Instruments.

Phase 2 : outils comparatifs (tableau mise à jour joint)

Le projet est résolument comparatif, mais l’objectif n’est pas de croiser terme à terme les quinze villes de notre échantillon. Il s’agit, plutôt, de construire des profils énergétiques
(des monographies) à partir d’un canevas commun qui nous permettra ensuite de travailler des points de comparaison.
Aussi, chacune des monographies ne doit pas être structurée littéralement à partir de la liste de données comparatives, mais doit réunir des données qui trouveront à être
comparées avec d’autres métropoles de l’échantillon.
Ce qui est commun : les données urbaines, les données sur l’énergie (général), les cadres institutionnels de référence, les données géographiques (environnementales). Les
autres données dépendent de chacune des études de cas.

Phase 3 :Terrains et Typologie

Le contenu des typologies sera affiné en cours de projet et après la réalisation de la phase 2. L’idée générale est bien de construire des « familles » de villes qui
apparaîtraient au regard des modes de territorialisation de la transition énergétique.

Phase 4 : Réinterroger la transition énergétique

Cette dernière phase du projet examine, au regard du travail empirique, les discours et modèles en circulation que nous aurons identifiés précédemment.
Outils de mutualisation – Séminaires : 2 à 3 / an
o Séminaire 1 (1er avril 2011) : séminaire de lancement
o Séminaire 2 (juin 2011) : « les discours de la transition énergétiques »
o Séminaire 3 : premiers retours de terrain
– Outils bibliographiques, présents sur le site web : l’idée serait de signaler par de courtes notices des références bibliographiques d’importance pour constituer un
corpus commun
– Constitution d’un Comité scientifique que nous consulterons une fois par an pour faire un point d’étape.

5. Etudes de cas envisagées

SV : Buenos Aires et Sao Paolo.
Deux villes comparables et concurrentes : moteur économique et centre de consommation.
Explosion de la demande énergétique, mais l’offre est insuffisante et le réseau vétuste. Il y a de nombreuses coupures de courant.
Il s’agira de consolider des données souvent manquantes à des échelles submétropolitaines. Nous pourrons également investiguer le rôle joué par les innovations
techniques. Un point particulier sera fait sur les conflits dans la ville de Buenos Aires autour des coupures de courant.
Mission avec MFPS : fin juin / début juillet 2011
NB : Comment identifier les politiques de transition énergétique ? Régions d’Alméria, de Séville et de Valence sont très dépendantes et consommatrices. De
gros moyens sont consacrés aux énergies renouvelables. Mission : besoin d’étudiants pour le travail de terrain notamment.

EV : travaille sur Istanbul. La Turquie est un carrefour énergétique de l’Europe (entre le Nord et le Sud). C’est une économie émergente.
Istanbul : sa base économique s’est développée avec une redistribution régionale marquée. La ville a une forte consommation d’énergie. L’Etat centralise beaucoup de
décisions, notamment en matière de politiques énergétiques, mais les municipalités développent des politiques locales d’économies d’énergie.
Mission : en collaboration avec l’université Galatasaray et l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes.
FMP : Proposition de la Communauté urbaine de Lille d’ouvrir un terrain dans le cadre de l’élaboration d’une feuille de route sur les énergies renouvelables et l’efficacité
énergétique. Il faudrait trouver un étudiant pour le faire.
Il y aurait également un dialogue à engager avec l’Agence Parisienne du Climat. Contacter aussi Lydie Laigle et l’équipe de Bruno Villalba pour leurs travaux dans la
région de Lille.

LC : terrain de thèse à Delhi et Santiago
Etudier les jeux d’acteurs et l’extension de services de planifications : quels sont les modes de décision au niveau des métropoles ?
Missions : mai 2011 (6mois) et 2012 (6mois).

FP : terrain de thèse sur les favelas de Rio de Janeiro. Elles font face à une forte consommation d’énergie.
La pacification des favelas reconfigure les termes du service électrique : quelles sont les implications, dans ces territoires, de la formalisation de branchements clandestins et de
l’installation de compteurs ?
2 missions déjà réalisées : exploratoires et prises de contact avec le terrain. Prochaine mission : septembre-décembre 2011.

AE : Pas d’étude de cas précis mais une proposition d’outils méthodologiques et d’une approche par les pratiques et la consommation. AE propose de développer des
méthodologies microsociales en s’appuyant notamment sur son travail sur les usages de l’eau dans plusieurs villes européennes et extra-européennes.

HS : Proposition de travail comparatif Paris/Le Cap sur la plasticité des usages de l’énergie et les termes d’une rencontre avec des injonctions institutionnelles et
normatives. Un point pourra être fait sur des situations de panne de courant et plus largement sur les usages de l’énergie en situation de contrainte, pour rendre compte des usages liés à la
consommation d’énergie. Comment les villes construisent-elles des politiques locales d’économies d’énergie ? Comment cela éclaire-t-il les termes de la transition énergétique
opérée sur ces territoires ?

MR : La fabrique de l’acte d’électrification, autour d’une théorie de l’acteur réseau en Afrique Subsaharienne et Madagascar.

PG : terrain de thèse sur les entreprises locales de distribution de l’énergie à Metz, Karlsruhe et Grenoble. Quelles sont les implications sur les modes de transitions
énergétiques. Mission : le terrain se termine à Karlsruhe. La prochaine mission se déroulera à Metz 2011/2012.

CD : étude de terrain à Nairobi et l’électrification de la ville. Une comparaison semble possible entre Nairobi et Bogota. Les quartiers riches de Nairobi ont notamment
développé des procédés de back-up de fiabilisation de services d’un réseau aux performances encore incertaines. Mission : Nairobi et peut-être Bogota dans le cadre d’une thèse.

JR : travaille sur les villes de Paris, Londres et Stockholm, en particulier sur les formes urbaines et la dimension spatiale des politiques de transition énergétique.
Paris : notamment une sectorisation à l’Est de l’IDF. Stockholm : entrée par la dé-municipalisation des services énergétiques Londres : politiques municipales qui cherchent à investir dans l’énergie décentralisée et ambitionnent notamment de se déconnecter du réseau national. SJ : travaille sur Le Cap : métropole de 2ème rang, ville riche et en situation intermédiaire
(Nord/Sud).

La ville étend sa zone d’influence sur un secteur agricole et un secteur manufacturier importants. Très dépendante de la production d’énergie nationale, Le Cap entame une
réflexion de fond sur le développement de production d’énergie locale notamment au travers d’énergies renouvelables. La demande locale augmente. La ville a fait face à des perturbations importances dans la fourniture d’énergie. Partenaire : Energy Research Center de l’Université du Cap. Mission : août 2011.

6. Site internet du projet
Les questions relatives au site internet du projet seront abordées lors d’un rendez-vous ultérieur LATTS/CREDA.


Vous aimerez aussi...