L’accès et l’usage de l’électricité à Nairobi : diversité d’expériences et tensions sur le réseau

Photo Nairobi Outskirts by Richard Lemmarchand – Creative Commons

Communication proposée pour les Journées Internationales Sociologie de l’énergie, Toulouse 25 et 26 octobre à Toulouse par DUQUE GOMEZ Catalina, Doctorante, Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS), Université Paris-Est. catalina.duque-gomez@enpc.fr

L’accès à l’électricité est aujourd’hui un élément central des politiques énergétiques urbaines des villes du Sud. La notion d’accès mérite toutefois d’être interrogée et confrontée à l’analyse des usages. Cette communication propose, à partir d’un travail de terrain à Nairobi (Kenya), de mettre en évidence la diversité des situations d’accès à l’électricité – reflet d’inégalités et de fragmentations socio-spatiales – ainsi que les tactiques, collectives ou individuelles, formelles ou informelles, que déploient les usagers de quatre quartiers différents (bidonville, moyen standing, haut standing, CBD) pour compenser les défaillances ou l’absence du service en fonction de leurs capacités et de leurs moyens (techniques, économiques, sociaux, politiques). A travers ces « expériences » d’accès et d’usage, nous montrons comment est produit, « par le bas », un service « sur mesure » partiellement distinct de l’offre de l’opérateur conventionnel, dans ses dispositifs techniques comme dans ses modes de financement.
Toutefois, la conception du service d’électricité repose sur un modèle en réseau, qui impose un certain degré d’interdépendance et d’interactions entre les usagers : par les infrastructures, qui interconnectent des quartiers aux caractéristiques socioéconomiques et territoriales différentes, mais également par le modèle de gestion de la compagnie de fourniture du service, financièrement dépendante de ses clients aisés et grands consommateurs mais qui ne peut élargir son marché qu’en l’étendant aux populations les plus pauvres. En quoi les diverses « expériences » des usagers perturbent-elles le modèle du service en réseau et contribuent-elles à l’émergence d’un fonctionnement alternatif du service urbain d’électricité?

Electricity access and use in Nairobi: between a diversity of experiences and tensions on the network

Access to electricity is an essential element of current urban energy policies in cities in the South. It is, however, worth questioning the notion of access and how it relates to an analysis of electricity use. Based on fieldwork in Nairobi (Kenya), this paper highlights the diversity of situations of access to electricity, reflecting prevalent urban inequalities and socio-spatial fragmentation. It also studies the individual and collective, and formal and informal tactics deployed by users in four different neighbourhoods (‘slum’, middle income neighbourhood, high income neighbourhood, and the CBD) to overcome either disruptions to or the absence of the utility service, according to the varying capacities and resources (technical, economic, social and political) of users. By analysing these “experiences”, we show how a “bottom-up”, “customized” electricity service is produced, and can be distinguished from that of the incumbent operator through its technical make-up and financial modalities.
The electricity service is, nevertheless, conceived as a network which implies a certain degree of interdependency and interaction between its users: by the infrastructures that link areas with different socio-economic and territorial characteristics, and also through the utility company’s management model, which is financially dependent on high income households and large consumers, but where low-income households offer the most important possibility to extend its market. The paper analyses how the diverse “experiences” of users disrupt this networked service model and contribute to the emergence of an alternative urban electricity service.


Vous aimerez aussi...