Notes de lecture – Politiques de Maîtrise de la Demande en Énergie et Résistances au changement. Une approche socioanthropologique

Dans cet ouvrage, Marie-Christine Zelem a rassemblé les travaux qu’elle mène depuis dix ans sur les politiques de Maîtrise de la Demande en Énergie (MDE). Le lecteur y trouvera des résultats tant de ses travaux de recherche que de rapports pour différents commanditaires qui n’avaient pas encore été diffusés dans le monde académique. Tout au long de cet ouvrage, l’auteure s’attache à élucider ces objets complexes que sont les politiques de MDE; complexes car concernant une multiplicité d’acteurs œuvrant à des échelles différentes. Le point de départ de M.-C. Zelem est une critique de la perspective qu’elle présente comme une illusion récurrente et selon laquelle « il [suffirait] d’introduire une technologie nouvelle, moins énergivore, ou une information spécifique (étiquette énergie, prescription…) pour que le public destinataire s’en empare, la fasse sienne et l’adapte, engendrant alors les changements attendus » (p. 13). Dénonçant cette fausse simplicité, elle propose une approche qui consiste à considérer les technologies ou les dispositifs comme de « simples nouveautés qui, imposées ou proposées à un corps social, suivent une certaine trajectoire pour être soit rejetées, soit adoptées. » (p. 14). Et c’est dans cette optique qu’elle étudie les modes de réception des politiques de MDE. Pour ce faire, M.-C. Zelem propose de rouvrir certaines « boîtes noires », en analysant la conception des dispositifs ou des technologies dont les politiques de MDE cherchent à favoriser l’usage, posture qui revient à questionner le préjugé récurrent de la technologie comme solution universelle qui s’imposerait d’elle-même. De façon plus générale, elle défend une méthode permettant de varier les échelles d’observation, ce qui permet d’aborder l’objet des politiques de MDE par différents niveaux, de la micro à la macrosociologie, et d’analyser tant les effets de structures que les effets d’acteurs. Cette posture de recherche conduit l’auteure, dans ses différents travaux, à s’appuyer de manière complémentaire sur les champs de la sociologie de l’innovation, de la négociation et de la traduction et sur l’analyse stratégique. Au final, cette approche systémique lui permet de proposer une perspective d’ensemble qui, à partir de la caractérisation du dispositif préconisé, de ses concepteurs et du milieu récepteur, analyse la rencontre entre le projet et ses destinataires, ce qui favorise l’observation fine des changements effectivement induits. Lire la suite


Vous aimerez aussi...